•  

     

     



    La mer est belle et claire et pleine de voyages.
    A quoi bon s'attarder près des phares du soir
    Et regarder le jeu tournant de leurs miroirs
    Réverbérer au loin des lumières trop sages ?

    La mer est belle et claire et pleine de voyages.
    Et les flammes des horizons, comme des dents,
    Mordent le désir fou, dans chaque coeur ardent;
    L'inconnu est seul roi des volontés sauvages.

    Partez, partez, sans regarder qui vous regarde,
    Sans nuls adieux tristes et doux,
    Partez, avec le seul amour en vous
    De l'étendue éclatante et hagarde.

     

    Emile Verhaeren


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires